L’attente en caisse est l’un des principaux points de souffrance des clients dans les magasins. Or, pour y remédier, de plus en plus d’enseignes optent pour l’encaissement mobile. En quoi est-ce que cela consiste ? Quels sont les avantages ? Existe-t-il des alternatives phygitales à cette forme de dématérialisation du paiement ? Visiativ Retail fait le point !

Comment ça marche, l’encaissement mobile ?

Le principe de l’encaissement mobile est simple, à la fois dans sa conception et dans la pratique. Le client va télécharger l’application de l’enseigne dans laquelle il fait ses achats sur son smartphone. Il crée un compte s’il ne l’a pas encore fait (en indiquant un mail et divers renseignements personnels). Il ne lui reste plus qu’à scanner le code-barres des produits qu’il souhaite acquérir avec la caméra de son téléphone, et à payer en fin de parcours !

Résultat ? Plus d’attente en caisse. C’est par exemple ce qu’a mis en place aux États-Unis Fairway Market, une enseigne alimentaire installée à New York. Pour régler, les clients scannent un QR Code « Mobile Checkout » affiché sur une zone dédiée avant les lignes de caisse, pour un règlement automatique. Une fois le paiement validé, une lampe verte s’allume. Le client peut alors sortir directement du magasin.

Parce qu’aujourd’hui, le smartphone est dans toutes les poches

Or, réduire, voire supprimer, le temps d’attente en caisse est une excellente idée pour les professionnels du retail. En effet, selon une étude de l’IFOP réalisée en 2018, le temps d’attente moyen avant de pouvoir payer est en moyenne de 11 minutes. 90% des Français trouve cela trop long ! De plus, toujours selon l’IFOP, 30% des consommateurs renoncerait à finaliser leurs achats pour cette raison.

Si l’encaissement mobile est une piste pertinente, c’est aussi parce que les consommateurs semblent prêts à changer leurs habitudes. D’abord, ils sont équipés : selon les derniers chiffres, 93% des Français ont un mobile, et 71% un smartphone. Ensuite, plus de 4 français sur 10 pensent que les nouvelles technologies présentent plus d’opportunités que de risques. Enfin, de plus en plus ont pris l’habitude dématérialiser leur carte bancaire en l’intégrant dans leur smartphone, via des applications comme Apple Pay ou Paylib !

Quelques limites tout de même

S’il est prometteur, l’encaissement mobile n’est pas encore la panacée. Il se heurte en effet à quelques limites, principalement concernant les produits qu’il peut permettre de payer. En effet, difficile de supprimer totalement l’attente pour des achats de vêtements par exemple : s’il ne faudra plus attendre pour payer, il faudra tout de même patienter le temps qu’un.e vendeur.euse vérifie le ticket puis retire les antivols…

De plus, on l’a dit plus haut, si 71% des français ont un smartphone, cela signifie que 29% n’en ont pas. Ces derniers font-ils partie de votre clientèle ? Un élément à vérifier impérativement avant de se lancer dans une telle démarche !

Une alternative phygitale ?

Entre paiement en caisse et encaissement mobile, avec des clients totalement autonomes, il existe une troisième voie, à mi-chemin entre physique et digital – une solution phygitale donc : le déploiement d’une solution omnicanale, comme celle de notre partenaire Cegid.

Elle repose en effet sur la fourniture aux vendeurs d’outils connectés, qui leur permet à la fois de conseiller le client (de manière personnalisée grâce à un accès aux données du compte) et d’encaisser sans devoir attendre plus longtemps. Idéal pendant des pics d’activité et pour renforcer la fidélisation des clients !

L’encaissement mobile, qu’il soit 100% par smartphone ou optimisé par une alternative phygitale, est le prolongement de ce que permettent les outils de prise de commande mobile : plus d’efficacité et d’agilité pour les vendeurs et les commerciaux, plus de satisfaction pour les acheteurs !

Je partage cet article
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin