Entre les confinements, les couvre-feux et les fermetures administratives de commerces considérés comme non-essentiels, la crise sanitaire a rebattu les cartes. Bien sûr, l’impact sur les points de vente est très fort. Plusieurs études démontrent ainsi que cette période a changé les habitudes d’achat des consommateurs en France.

Des habitudes de consommation qui évoluent

Avec la crise sanitaire, c’est une nouvelle ère de consommation qui a débuté. C’est en tout cas ce que révèle une étude réalisée par DS Smith (un acteur majeur du marché européen des emballages pour le e-commerce) en juillet 2020. En effet, selon cette dernière, la plupart des Français assurent conserver leurs habitudes d’achat en ligne acquises pendant la pandémie.

 

 

des Français admettent avoir réalisé plus fréquemment pour l’alimentaire comme
le non-alimentaire leurs achats en ligne pendant la crise sanitaire.

Avec de nouvelles intentions…

Pour autant, la fin des commerces physiques va-t-elle arriver ? Bien au contraire. Selon une étude réalisée en janvier 2021, auprès de 1 779 utilisateurs de Shopmium, 1 consommateur sur 5 déclare qu’il a l’intention de faire ses achats en magasin plus souvent lorsque la pandémie touchera à sa fin.

Mais la vraie évolution se trouve dans le rapport aux petits commerces. Parmi les consommateurs qui fréquentent les commerces indépendants non-alimentaires, 31 % prévoient ainsi d’y faire leurs achats plus souvent.

L’une des évolutions les plus marquantes est le retour à la cuisine et au fait maison. Avec la volonté d’avoir une alimentation plus saine.

Enfin, les consommateurs ont également modifié leur manière de faire les courses, avec moins d’achats d’impulsion et moins d’achats “plaisir”. Ces derniers sont remplacés par des achats raisonnés et justifiés par un besoin réel et immédiat.

… plus responsables

Les clients attendent des marques des produits plus responsables, écologiques et éthiques. En particulier pour les jeunes. En effet, ils sont 21 % à le citer spontanément lorsqu’on leur demande ce qui déclenche ou freine un achat.

Les consommateurs souhaitent aussi que leurs enseignes leur garantissent la possibilité de remettre à neuf leurs achats en cas de souci (panne, casse d’un élément…). Ce qui passe par une gestion efficace du SAV et de l’approvisionnement en pièces détachées.

Les boutiques physiques ont donc tout intérêt à proposer un espace de vente en ligne complémentaire aux services proposés en point de vente. Comme le e-commerce, le click and collect ou encore le magasin virtuel.

Ils l’ont dit :

Je partage cet article
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin